Univers - Les Chroniques de la Grande Guerre

Personnages importants :
La Générale Onde :
Un personnage des plus particuliers : les Sirènes ne sont en effet pas reconnu pour leur caractère belliqueux et leurs prouesses martiales. Pourtant, Onde fait figure d'exception. Extrêmement douée au combat, elle est aussi capable de commander aux créatures marines. Si ses congénères ne se sont guère distingués en tant que tels durant la Grande Guerre, elle parvient à sauver l'honneur et la fierté de sa race : ses attaques sous-marines et ses raids sur les cibles côtières lui ont donné une réputation de guerrière invincible. 

Quand les Chasseurs Originels achevèrent leur entraînement, elle se terra avec une partie de son peuple au fond des océans afin de leur échapper. Si la grande partie d'entre eux se sont désintéressés d'elle, un petit groupe d'entre eux jura de l'abattre elle aussi. Parmi eux, on peut compter la Veuve, M'Bara et Takroan.

Josef Mengele :
Le Vampire Renaissant le plus connu, il fut connu pour avoir expérimenté sur de nombreux prisonniers de guerre en compagnie de Viktor Frankeinstein. Leur association permit la création de nombreux golems de chairs, envoyés au combat en première ligne afin de semer la terreur dans les rangs adverses. Ils furent parmi les premières cibles des Chasseurs Originels, qui ne parvinrent qu'à abattre Frankeinstein, tandis que Mengele prenait la fuite, gravement blessé aux jambes.

Le statut actuel de Mengele est incertain, mais les Chasseurs Originels, en l'absence de corps malgré leurs intenses recherches, ont placé un Contrat Noir sur sa tête.

Maréchal Fitzalan :
Un officier Humain ayant survécu à la Purge, en raison de ses opinions modérées. Il fut capturé par les Chasseurs, à l'instar d'autres officiers Humains et Monstres partageant des positions proches, et servit d'appât pour attirer les généraux les plus radicaux dans le piège qui fut connu comme le Massacre de Washington. Après la Grande Guerre, il bâtit dans les Marches Écossaises un petit village, Hesgen, dans lequel lui et quelques-uns des "modérés", Monstres comme Humains, prirent leur retraite. "L'attraction principale" des lieux est un immense mur sur lequel sont écrit les noms des victimes, civiles comme militaires, du Massacre de Washington.

Vlad III :
Le Vampire-Roi recréa son territoire au tout début de la Grande Guerre, en profitant de la confusion généralisée régnant à l'époque au sein des rangs Humains. Pourtant, une fois les frontières délimitées, il se désintéressa des combats afin de se consacrer à son royaume. Il fut toutefois, avec Ramsès II et, potentiellement, Whitefur, l'un des principaux instigateur du Projet Hunter, qui donna naissance aux Chasseurs Originels et à la situation actuelle.
Souvent en conflit avec son fils, D, il espère toujours le faire changer d'avis concernant certaines de ses positions les plus radicales.

Ramsès II :
A l'instar de Vlad III, il recréa son royaume durant la Grande Guerre, tout en étendant grandement les frontières initiales de celui-ci. Les deux Vampires eurent toutefois un conflit territorial, Vlad ayant tenté d'envahir les anciennes terres de l'Empire Ottoman, par pur désir de revanche. Ramsès invoqua alors le Sarmas Ovanon, le Duel de Sang, pour régler le conflit. Tepes accepta et les deux Vampires se rencontrèrent dans les ruines d'Ankara à la tombée de la nuit, pour un duel qui durerait jusqu'à l'aube. Plusieurs heures plus tard, tandis que le Soleil déchirait les ténèbres et que Ramsès II se tenait debout, victorieux, un accord fut passé entre les deux Vampires, et il fut décidé que la Syrie et l'Irak formeraient une frontière, une zone-tampon, entre les deux royaumes. 

Le Massacre de Washington :

Au cours du Massacre de Washington, en Janvier 2244, les Chasseurs Originels parvinrent à piéger les principaux membres des états-majors des deux factions en les attirant à Washington. Le National Mall et les quartiers environnants furent alors, le temps d’une nuit, le théâtre d’un véritable bain de sang tandis que les Chasseurs massacraient impitoyablement quiconque avait le malheur de passer à proximité d’eux, civils comme militaires. Au petit matin, les lieux reçurent un déluge de bombes incendiaires. Le nombre total de victimes fut estimé à plus de 100 000 personnes. Suite à ce carnage sans précédent, perpétré par une poignée de personnes, les Chasseurs forcèrent les dirigeants politiques, diplomatiques et militaires survivants à signer un traité de paix, mettant ainsi fin à la Guerre. L’ampleur du carnage força les Humains vivant jusqu’alors en Amérique du Nord à déménager leur gouvernement embryonnaire à Salt Lake City, cimentant les bases de ce qui deviendra plus tard ce qui sera connu comme étant la Nouvelle République.

Ce massacre, impardonnable s’il en est, donna naissance aux deux principaux pouvoirs politiques Humains, la Nouvelle République et l’Empire, tout en conférant aux Chasseurs une aura de cruauté qui continue de les accompagner à ce jour. Aujourd'hui, les Chasseurs vivent à Walhalla, leur domaine, ou bien parcourent le monde, errants, officiant en tant que juges, policiers, bourreaux et chasseurs de primes, cherchant à maintenir la simili-paix qui fut instaurée au prix du sang...

Une lourde décision:

Le 7ème Ciel était le seul lieu de divertissement de Walhalla. Bâti durant l’entraînement des Chasseurs, c’était là qu’ils se retrouvaient le soir afin de se délasser et faire plus ample connaissance. Tous les désirs pouvaient être comblés ici, tous les plaisirs contentés : des salles de jeu, les boissons les plus enivrantes et surtout, « les chairs les plus douces de cette Terre », selon la formule du tenancier.
Mais, ce soir-là, une partie de l’établissement était silencieux et observait un Chasseur, debout sur une estrade d’ordinaire réservée aux pièces de théâtres : Reyginald Camoys. Dans la foule, d’autres Chasseurs, bien entendu, mais aussi le Maître de Valachie et quelques Princes-Marchands représentant le Cartel. Nous sommes en Novembre 2243.

« Mes frères et sœurs. Ce soir, nous allons devoir prendre une décision difficile. Depuis près de trois ans, nous tentons d’apaiser les choses, nous allons en ambassade auprès des différents quartiers généraux, mais rien n’y fait. Il continue d’exister des éléments… Hostiles, réfractaires à toute idée de paix, que ce soit chez les Monstres ou chez les Humains. »

« Nous le savons déjà, Camoys. Nous, comme nos invités, alors cesse de tourner autour du pot et viens-en au fait. »

Reyginald serra les mâchoires, avant d’inspirer et d’expirer profondément. Son regard se posa sur l’importun, avant de glisser sur les autres membres de l’assemblée.

« Un massacre. »

Une chape de silence s’abattit sur l’ensemble de l’établissement. Même les joueurs, même les personnes lutinant les courtisans et courtisanes cessèrent leurs activités quelques instants. Vlad se pencha sur son siège, intrigué. L’attention entière était rivée sur Reyginald Camoys.
Ce dernier, conscient de cet état de fait, s’éclaircit la gorge, avant de reprendre la parole :

« Ma langue n’a pas fourché. En trois ans, nous avons finalement repéré quels étaient les différents éléments de ces deux factions, lesquels étaient susceptible d’accepter la paix et lesquels étaient porteurs de guerre. Nous savons que les… « Porteurs de guerre » rêvent de mettre la main sur les pacifistes adverses afin de les tuer, pour annihiler ainsi tout espoir de paix. Mon idée est la suivante : faire accroire à chacun des deux camps bellicistes qu’ils ont l’opportunité rêvée de tuer leurs cibles, les attirant tous deux en un lieu… « Fermé », qui se transformera en piège mortel. Une fois qu’ils seront sur place, nous les tuerons tous. »

« Et les autres ? Les… Les pacifistes ? Ne risquent-ils pas d’être parmi nos cibles ? Et ces dernières pourraient suspecter un piège, non ? »

« Pas si nous enlevons les pacifistes avant, pour faire monter les tensions. »

« Où situerais-tu l’emplacement du piège ? »

« Le National Mall, à Washington. »

Les Chasseurs explosèrent. Une folie que ce plan, et que faisait Reyginald des civils vivant en ces lieux ? Un massacre ? Non, un carnage, une boucherie, pure et simple. Certains montèrent sur la scène, afin de faire regretter à Camoys ses propos. Des armes furent tirées, tandis que le pour et le contre était virulemment pesée. Soudain, une voix chaude et douce s’éleva au-dessus de la mêlée :

« J’approuve ce plan. »

L’attention se porta sur Vlad III.

« Espèce de malade ! » s’écrièrent quelques Chasseurs, qui s’approchèrent, menaçants. Les Chevaliers de Sang entourant le Maître de Valachie montrèrent les dents et tirèrent leurs propres armes. La tension monta encore d’un cran, jusqu’à ce qu’un Dunpeal, vêtu de sombre, traverse la foule et se plante devant Vlad. D, le seul Chasseur Monstre, défia son père du regard.

« Pour quelle raison ? La soif de sang, la symphonie des agonisants ? Ou bien est-ce pour une raison plus noble ? »

Tepes soutint le regard de son fils, jusqu’à ce que ce dernier détourne les yeux.

« Voyez-vous d’autres moyens ? Comme l’a dit Reyginald Camoys, il s’agit d’une décision difficile à prendre. Mais c’est la seule solution. Les pertes civiles sont déplorables, mais… Mineures. Il n’y en n’a pas tant que cela sur place. La majorité des victimes seraient militaires. Vous décapiteriez littéralement toute forme de velléités hostiles et ce pour un bon moment. Si quelqu’un d’autre a une solution, qu’il monte sur scène et nous la soumette. Nous attendons. »

Les Chasseurs montés sur la scène, penauds, en descendirent rapidement, tandis que Reyginald Camoys se détendait et reposait son arme au sol, restant seul sur l’estrade.
Un mince sourire se dessina sur le visage de Vlad III.

« Vous voyez ? Et vous-mêmes, Princes Marchands, qu’en pensez-vous ? »

Un Lycan, vêtu de façon ostentatoire, se leva après avoir éclairci sa gorge. Ses cheveux, sa barbe argentée, sa carrure et sa posture générale indiquaient qu’il agissait en tant qu’Alpha pour les autres Lycans du Cartel. Il interrogea du regard ses confrères, qui inclinèrent imperceptiblement la tête en signe d’assentiment. Sa voix, proche d’un sourd grondement, emplit la salle.

« Le Cartel, bien que répugnant à l’idée que cette initiative soit appliquée, l’approuve, aussi extrême soit-elle, et… Sous certaines conditions, Nous accepterons de vous apporter notre aide dans cette entreprise. »

Reyginald Camoys remit de l’ordre dans sa tenue, avant de reprendre la parole :

« Nos alliés approuvent cette décision, mais vous, camarades, qu’en est-il ? Je soumet cette décision au vote. Que ceux et celles qui sont contres élèvent leurs voix, ou se taisent à jamais. »

Nul éclat de voix, nulle main levée. L’orateur soupira, profondément, presque à regret.

« Alors, la décision est prise. Nous travaillerons prochainement à la mise en place du Massacre de Washington. Cette réunion s’achève ici. Je vous remercie pour votre compréhension. »

Les discussions et les activités reprirent. Camoys accrocha son arme à son dos et se dirigea au bar. Tandis qu’il se rafraichissait avec une bière forte, D posa sa main sur son épaule.

« Bien que je n’apprécie guère cette solution, force m’est de constater qu’il s’agit du seul choix qui s’offre à nous. Mais saches que tu devras porter sur ton dos le poids de cette décision, jusqu’à la fin. »

« Je sais, D. Je sais. J’avais accepté ce fardeau avant même de monter sur scène ce soir. »

« Je suis… Heureux de le savoir. Tourner le dos à tes responsabilités serait contraire à tout ce que tu as sacrifié pour devenir un Chasseur. Je te soutiendrais jusqu’au bout, Kinslayer. »