Création du monde

Selon les récits des prêtres et chamans, à l’origine il n’y avait qu’un être géant formé de vide et de chaos qui avait toutes les formes, toutes les couleurs et aucune nommé Huitzixbalcoalt. Cherchant sans cesse une forme, ces agitations menèrent à la création des patchamas les dieux primordiaux qui à l’origine étaient au nombre de huit. Particulièrement puissants, il avait acquis la plupart des pouvoirs de leur créateur ce qui mit en colère Huitzixbalcoalt. Ce dernier tenta alors d’avaler ses enfants un par un pour retrouver ses pouvoirs mais chaque fois Patchama Xipetec le 8ème patchama et le plus puissant des dieux réussissait à sortir du ventre de son père. Résolu à survivre et à se venger de leur créateur, les dieux luttèrent avec lui 7 années lunaires et 7 années solaires et finirent par démembrer leur Huitzixbalcoalt. Cependant celui-ci continuait à vivre et les dieux décidèrent d’utiliser les parties de son corps pour créer quelque chose de nouveau, le monde.

- Patchama Kulue : fit de sa peau le ciel et son urine la mer.

-Patchama Viracotal : fit de ses larmes l’eau et de son sang le feu

-Patchama Ainty : fit de ses cheveux les forêts et de ses côtes les montagnes.

-Patchama Cucualtan fit de ses doigts la vie et de ses pieds la mort

- Patchama Coctolo fit de ses yeux le soleil, la lune et les étoiles

-Patchama Kilza fit de ses muscles les hommes et de ses viscères les animaux

-Patchama Axiblanka fit de ses os les roches et la terre et de ses ongles les plantes.

Le 8ème patchama lui avait pour tâche de maintenir le monde en place et de maintenir les dieux immortels, mais à chaque fois que les dieux le terminaient, le monde se transformait de nouveau et finissait par redevenir Huitzixbalcoalt. Les dieux recommencèrent ainsi 6 fois sans plus de succès et durent se rendre à l’évidence, ils n’étaient pas assez puissants pour maintenir le monde en l’état et au fil des combats Huitzixbalcoalt absorbait leur force. C’est alors que Xipetec trouva la solution.

Après avoir créé une 7ème fois le monde, Patchama Xipetec s’ouvrit le ventre, s’arracha le cœur de la poitrine et l’offrit aux autres dieux. Ces derniers le dévorèrent et y trouvèrent la puissance suffisante pour maintenir le monde. Avec les restes de leur frère défunt, ils créèrent la barrière de brume qui empêche Catchaluk de redevenir Huitzixbalcoalt. Cependant si les dieux avaient trouvé une nouvelle source de pouvoir qui leur permettait de maintenir le monde en place, ils avaient aussi pris conscience de l’importance de trouver un moyen de se nourrir. C’est ainsi qu’ils donnèrent aux hommes les qetecs (dieux des peuples) pour les guider, et le devoir de les nourrir sans quoi les éléments protégés par les dieux finiraient par disparaitre du monde.

La mort de Patchama Xipetec eut d’autres conséquences, en effet lors de son sacrifice son sang coula sur le monde et là où les gouttes touchèrent le sol, les virachas virent le jour. Gardant une part infime de la puissance divine de Xipetec, ils auraient aussi hérité de lui une certaine forme d’immortalité. Les tehcualts trouveraient eux aussi l’origine dans ce sacrifice. Les dieux, touchés par la mort de leur frère auraient versé chacun 77 larmes qui, en touchant la terre, auraient créé les tehcualts, ces derniers ne s’éveillant que lorsque les humains commencèrent à faire des sacrifices et à s’organiser en communautés.

La légende veut que le jour où les patchamas ne seront plus assez puissants, le monde redeviendra Huitzixbalcoalt et les patchamas cesseront d’être pour de bon. Il faudra attendre des temps immémoriaux pour que de nouveaux patchamas émergent, luttent contre leur créateur et créent un nouveau monde.